les Zeps

les Zeps

Mise à jour du 12 décembre 2011 : la Turquie (1ère partie)


Turquie magique

Petit préambule d'information générale à l'attention de la famille, des amis et copains en tout genre, des voisins, collègues, élèves, cousines de la grand-mère, conseillers régionaux, amicale des amis de la bicyclette ou autres connaissances diverses : certain(e)s se disent peut-être que notre périple touche à sa fin et s'étonnent donc de ne pas avoir encore reçu de carte postale. Peut-être ont-ils insulté leur facteur ou sont-ils même prêts à débouler dans le bureau de poste le plus proche afin de connaître l'origine du problème ; certainement se disent-ils que toute cette bande de planqués de fonctionnaires n'en foutent déjà pas lourd et qu'en plus, ils doivent paumer du courrier !

A toutes ces personnes, nous souhaitons répondre :

1- Veuillez demeurer serein... et courtois envers les employés du service public car ceux-ci effectuent, pour la plupart, leur travail de manière consciencieuse

2- Sachez que notre voyage est loin d'être terminé et qu'il nous reste encore quasiment... un mois et demi (avant notre dépression)

 3- Evoluez avec le monde qui nous entoure ! La technologie a fait son apparition dans notre vie et il convient de s'y adapter. Nous sommes entrés de plein pied dans le IIIème millénaire et l'heure du numérique a sonné ! Ce blog tiendra donc lieu de carte postale ! !

Et aux éventuels grincheux qu'auraient des choses à rajouter, on leur répondra... ben rien tient, on a décidé de ne plus parler aux grincheux !

 

Dans le projet de voyage initial, nous n'avions pas prévu de nous rendre en Turquie. En effet, un tour d'Europe pouvait très bien se concevoir sans passer par ce pays (vu que 97% de son territoire se trouve sur un autre continent). Cependant, la ville d'Istanbul paraissait intéressante et Emmie la princesse aurait été déçue de ne pas aller visiter les bazars pour y dénicher quelques trésors des plus beaux palais... mais une fois à Istanbul, Mahé le passionné de géo aurait été trop déçu de ne pas aller jusque sur la rive asiatique... mais une fois en Asie, il aurait peut-être été dommage de ne pas voir ce qu'était la Cappadoce... etc., etc.

Ainsi, l'idée d'aller parcourir un peu les chemins de Turquie a remplacé celle d'aller faire un petit tour en Russie (eh oui, il est nécessaire de faire des choix !). Remettons donc à plus tard la découverte des Soviets et partons à la rencontre des Ottomans.

Première halte à Safranbolu, petite ville (pas très éloignée de la Mer Noire) qui tire sa renommée (et surtout son nom) du commerce de la célèbre épice : le safran. 

 

                             

Cité ottomane par excellence, Safranbolu a su garder bon nombre d'anciennes demeures à l'architecture particulière (pour les connaisseurs et les plus sceptiques, nous vous certifions que ce cliché ne parvient pas du très bel ouvrage "L'Alsace et ses trésors" dans la collection "Régions de France" disponible dans toutes les bonnes librairies... de Guebwiller).

 

Jusqu'à aujourd'hui, vous ne vous imaginiez pas que la raclée qu'infligèrent les Turcs aux Byzantins au milieu du XVème siècle allait avoir une quelconque répercussion sur votre vie, n'est-ce pas ? ! Eh bien si ! Sur votre blog favori, vous ne verrez plus, dans cette mise à jour, d'églises ou autres monastères (mis à part en Cappadoce) mais bien des mosquées (on vous reparlera de tout ça un peu plus tard) !

 

                             

                Petite boutique traditionnelle

 

"Je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître..."

ceux de la vingtaine ne seront pas beaucoup plus avancés,

les gamins trentenaires auront quelques vagues souvenirs,

les gosses de la quarantaine se souviendront de leur enfance,

les cinquantenaires se rappeleront les frasques de leur jeunesse,

... et il reviendra aux retraités comme un petit air de nostagie !

Eh oui, c'est elle, vous l'avez bien reconnue : la R12 (et break en plus !). On en trouve énormément en Turquie (pour les accros, je peux encore passer commande, faut penser à me le dire rapidement).

 

 

                

Départ de Safranbolu (où nous avons "dévoré" les meilleurs loukoums de notre séjour) pour...

 

LA CAPPADOCE...

Paysage de cônes, de tuf, de falaises... allez, vu le nombre de photos que l'on vous propose (et encore, on en a laissé plein de côté !), je vais me taire un peu (ça fera du bien à tout le monde) pour vous laisser apprécier...

 

 

            

 

                             

 

                

 

 

                          

 

 

                          

 

 

Au détour d'un virage, quelques églises creusées dans la roche.

Cette région attira de nombreux chrétiens qui s'y protégèrent des persécutions des Romains... puis, par la suite, moines et ermites y trouvèrent de quoi y satisfaire leur quête de solitude.

(Je n'avais pas dit que je me taisais moi au fait ? !)

 

 

  

                                                        

 

 

                        

              Oui, oui, toujours creusé dans la roche ! ! !

 

Et ils ne se contentaient pas d'y creuser un endroit pour prier mais ornaient ces lieux de véritables chefs-d'oeuvre picturaux ! (Mais c'est fou ça, il ne peut pas s'empêcher de la ramener ! ! ... Eh oh sur un autre ton hein ! !)

 

                             

 

 

Parce que les industriels-pollueurs-fabricans d'engrais bourrés de produits chimiques n'existaient pas encore, les paysans de Cappadoce utilisaient de l'engrais naturel : la fiente de pigeons ! Tous les petits trous dans la roche (que l'on aperçoit à l'extérieur ou -comme ici- à l'intérieur) constituent donc des pigeonniers où il demeure facile de venir chercher ce formidable engrais naturel que le paysan de Cappadoce (plus intelligent que beaucoup de ses homologues d'autres pays) continue, de nos jours encore, à utiliser !

 

                       

L'avantage de ce "camion-couchettes", c'est quand même de pouvoir dormir dans les endroits les plus insolites, grandioses, magiques et sauvages qui soient !

 

Enfin... sauvage, c'est ce qu'on croyait jusqu'au lendemain matin... aux environs de 5H30 ! !

 

                            

                 Envol inopiné d'objets non identifiés

 

             

        Matinal... mais néanmoins très beau !

(On se serait bien volontiers envolés nous aussi mais le prix nous en a dissuadés ! ... Ou alors, si on commençait à flamber comme ça souvent, il fallait écourter notre séjour... Et alors là, unanimité, il n'en est pas question ! On laissera donc la montgolfière aux Japonais ! ... Et nous restons convaincus que nous avons davantage profité de cette nature superbe en y randonnant, en y "plantant" notre camion et en la découvrant... seuls, à l'écart du tourisme de masse !)

 

Enfin seuls, pas tout à fait ! ... Rencontre de nouveaux copains pour Mahé... En plus ils parlent le Franc-Comtois eux aussi (ben ouais des Jurassiens... mais c'est pas fou ça ? ! ... Ohhh mais dis donc oui, le monde est petit quand même ma bonne dame ! !)

 

                                   

Non on ne l'a pas obligé à faire de la poterie ! ... Et non, elle ne boude pas ! Elle est juste... concentrée !  ... Allez, je me (re)tais !

 

                       

 

 

                             

 

Le fait que je ne commente plus vous prive certainement ici d'une blague désopilante ! !

 

 

Et là alors ! ! (Ah non celle-là, je n'aurais pas osé quand même ! ...Vous connaissez ma retenue !)

 

                    

 

 

                        

 

Habitation troglodytique

 

Depuis le temps que vous nous suivez, vous vous dîtes certainement qu'une mise à jour du blog sans une petite page "nos amis les bêtes" ne représente pas une mise à jour sérieuse. Nous l'avons compris et nous nous plions, autant que possible, aux exigences de notre public. Alors, voici la séance animaux !

             

              Vous l'avez reconnu ? !

 

Allez, sous un autre angle

 

                      

                Mais non que ça ne fait pas peur

 

... en tout cas, moins que le scorpion ! (Et c'est encore Mahé, l'oeil de lynx, qui l'a découvert au hasard d'un chemin !)

 

            

             Nous reprenons la route

 

            

             pour un petit crochet au marché de Nevsehir...

où on s'est fait, avec la famille jurassienne, assis sur des petits cageots au milieu du marché (comme tous les Turcs du coin d'ailleurs !) les meilleures pides du monde ! (quoi j'exagère ! ? non, je donne juste un peu de relief à mes propos c'est tout !... eh bien puisque c'est ça, je ne vous dirai pas ce que sont des pides... renseignez-vous tiens ! ... oh la la, comme il y en a qui vont passer des nuits blanches à se retourner dans leur lit à se demander ce que peut bien être une pide... sur ce coup, je l'avoue, ma cruauté n'a d'égale que mon cynisme !)

 

 

Toujours dans la région de la Cappadoce... Tatlarin

 

              ... et son ancienne ville souterraine

             

 

visiblement assez surprenant !

 

                             

 

 

 

Quitter la Cappadoce (où nous avons passé une petite semaine) ne fut pas chose aisée... mais il nous reste tant à découvrir !

Au loin, l'Erciyes Dagi, un des trois volcans à l'origine de l'extraordinaire paysage de la Cappadoce

 

                

                Un petit air d'ouest américain

 

Bolets ? Cèpes ? Dermatophytes ? ? ...Amis des champignons en tout genre, aidez-nous !

 

Agzikara Han

Exemple d'un édifice Seldjoukide (puissante dynastie turque du XIème siècle -à peu près hein-) : le caravansérail

 

Sur l'ancienne route de la soie, parmi les petits dangers que le voyageur pouvait rencontrer, le plus ennuyeux était peut-être celui... de se faire massacrer ! En effet, ce "commerçant" demeurait très convoité car il était... à l'aller, rempli d'argent (pour se procurer la soie et autres produits relativement précieux... la Mastercard n'était alors pas acceptée partout !)... et au retour, chargé de la marchandise proprement dite. Il fallait donc le protéger d'éventuels personnages mal intentionnés qui auraient eu l'intention de lui dérober son butin (principalement la nuit où il était alors le plus vulnérable). On a donc bâti ces caravansérails, sorte d'auberges fortifiées où le convoi passait la nuit à l'abri et en sécurité... et repartait le lendemain pour une nouvelle petite marche sympathique. Les caravansérails étaient en général séparés d'une trentaine de kilomètres les uns des autres... ce qui correspondait approximativement à une journée de marche... et ce qui permettait donc à ces voyageurs de "planifier" quelque peu leur périple.

               

 

 

Vallée de Soganli

 

               

 

On laisse passer ce train et on repart en direction du Sud

 

            

 

Quelques cols à passer... et petite surprise le matin à la vue de cette petite couche fine et froide qu'on appelle communément ici ... de la neige !

 

               

 

 

Après la neige et deux ou trois heures de route, la côte... et ses 23 degrés ! (Faut savoir jongler avec la garde-robes... mais dans ce sens là, on va faire un petit effort !)

 

               

                Les bananiers

 

         

Exemple typique : le Turc semble toujours heureux... et en tout cas, manifeste un sens de l'hospitalité incroyable (nous vous en reparlerons plus longuement lors de notre prochaine mise à jour)

 

Quelques 2500 ans séparent cette mosquée du site grec ci-dessous

 

         Termessos

        

 

Nous avons passé une bonne demi-journée à parcourir les ruines de cette cité, à se sentir explorateurs en pleine "jungle" en marchant sur les pas d'une civilisation aujourd'hui disparue mais qui a laissé des traces indélébiles... Les traces sur lesquelles nous avons posé nos pieds pouvaient dater de 25 siècles, elles nous semblaient pourtant si fraîches. Nous foulions un sol où des citoyens grecs, illustres ou inconnus, valeureux ou quelconques, avaient commercé, débattu, philosophé ou tout simplement vécu de manière ordinaire. Nous avions la sensation d'être les premiers à redécouvrir cet endroit ! Cette impression s'est rapidement dissipée lorsque nous nous sommes aperçus que d'autres étaient passés avant nous... en constatant que des tombes avaient été pillées, des temples saccagés, des murs effondrés...

Mais qu'importe, pendant quelques heures, nous étions Indiana Jones !

 

 

              

 

 

               

 

 

               

 

Ah... il nous faudra encore quelques clichés pour essayer de vous faire partager les belles émotions que nous a procuré ce fabuleux pays. A bientôt donc pour la deuxième et dernière partie de notre petite (mais magnifique) épopée turque... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


12/12/2011
11 Poster un commentaire

Recherche

Vous recherchez ? :